FOULQE EN MARAUDE

Au début, j’ai fait comme tout le monde... Enfin, comme toutes les foulques ! J’ai construit le nid aux premières loges.
Faut dire que je suis, comme qui dirait, un peu la concierge de l’étang !
C’est pas pour dire, hein ! Mais je trouve qu’il y a de plus en plus d’étrangers dans le monde !
Le monde, MON monde, c’est l’étang ! MON étang !
J’y suis née ! Je connais son histoire !
Je les ai bien vus arriver moi, les premiers étrangers !
Je connais leurs histoires ! Dès que tu as le dos tourné, Hop! Ni une ni deux, ça pique ta place !
Fous l’camp, maraude !
C’est là, qui se pavane, qui te nargue !
C’est là pour faire des histoires, oui !
Mais avec ceux-là, on sait faire ! Tu provoques une diversion... et Hop ! Une complice reprend la place !
Fous l’camp, maraude !
C’est pas pour dire, hein ! Mais je trouve qu’il y a de plus en plus d’étrangers dans le monde ! MON monde ! MON étang !
Tu peux pas te permettre le moindre relâchemennt ! T’en as vraiment qui doute de rien !
Avec cet espèce d’échalas, tu t’y mets à plusieurs pour être plus persuasif, et tu harcèles !
Fous l’camp, maraud !
Et t’en fais de même avec les grands élancés comme avec les petits ramassés ! De tout poil !
Faut plus s’géner, j’étais là avant toi ! Fous l’camp maraud ! Et pas d’histoires, hein ! Fi des indésirables et chacun chez soi !

            Et puis, quand on a eu fait le ménage, le vide autour de nous, qu’on s’est retrouvé bien tranquille, entre semblables, c’est vite devenu une autre histoire...
            Je ne sais plus laquelle a commencé ! Ma voisine, ou la voisine de ma voisine... Toujours est- il qu’à l’origine, y’en a une qui s’est pris de bec avec une autre, une troisième s’en est mêlé pour défendre sa copine, une quatrième est arrivée pour rétablir l’équilibre, quand une autre encore est intervenue pour les séparer, ça a tourné à la mêlée générale !

Alors j’ai fait comme tout le monde... Enfin, comme toutes les foulques !
J’ai fait des histoires avec tout le m... avec toutes les foulques !

A croire que l’étang était devenu trop petit pour nous... Pas assez grand pour toutes les espèces...
Faut dire qu’il en arrive tous les jours ! De quoi faire plein d’histoires !
La nôtre n’a pas de fin !

retour